À lire

La rose la plus rouge s'épanouit

La rose la plus rouge s'épanouit

On aimerait l’avoir pour amie et passer une nuit avec elle, à discuter des hommes, des femmes, de l’autre, de soi-même et de tout ce qui lie ce petit monde : l'Amour.
Elle, c’est Liv Strömquist, l’autrice suédoise de bandes dessinées consacrées aux questions sociales. Sa première remonte à ses 8 ans, et sa dernière en date s’appelle La rose la plus rouge s’épanouit . Et c'est brillant. 

Tout commence avec une légende urbaine, racontant que Leonardo Di Caprio aurait enchaîné 32 conquêtes sans tomber amoureux d’une seule. Et se poursuit avec le constat suivant : le sentiment amoureux est de plus en plus rare aujourd’hui. Pourquoi ? 
Impossible de vous résumer le contenu de cette quasi thèse. Tout ce qu’on peut vous dire, c’est qu'elle est compilée en 176 pages où s’entrechoquent pêle-mêle des références à Socrate, Thésée, Beyoncé, le Petit Prince. Qu’on y parle autant de capitalisme, de performance et d’hyperchoix que d'engagement et de chagrin d'amour.
Qu'on y prend des petites claques. Qu’elle nous réveille sur des sujets qu’on préférerait parfois laisser dormir. Et c'est ça qui est bien : des livres qui vous réveillent. 
La rose la plus rouge s'épanouit, 
Liv Strömquist, éditions Rackham, 22€

Derniers articles