À lire

198 pages d'humanité

Article partenaire : 198 pages d'humanité

Avez-vous déjà fait une cure de bonheur ? Sautez le pas en tournant les pages du roman d'Émilie de Turckheim, Le Prince à la petite tasse. Elle y poétise l'année passée avec Reza, un jeune Afghan qu'elle a accueilli dans l'appartement parisien de sa famille. Elle enveloppe de sa prose réconfortante la rencontre entre cinq humains, les premiers échanges, les premiers fous rires, les premières larmes. Et au fil des pages, les mots s'imbibent de sens, de profondeur et d'émotions.
 
“Quand il dit ‘migrant', on entend ‘miracle'. Dans sa bouche, migrant n'est plus ce mot-poubelle-anonyme, employé à tout bout de champ, ce mot à oeillères qui refuse de dire la guerre, la survie et l'exil. Dans la bouche de Reza, migrant, c'est lui."


Lui, le héros qui ne se doute pas d’en être un. Pendant un an, il a nourri les chapitres et poèmes d’Émilie. Des rimes et des mots qui tout au long de la lecture vous hérissent les poils, poussent les larmes hors de vos yeux et vous montrent que l’humain est beau quand il est humaniste. Voici une leçon d'humanité en trois extraits.
"Il veut connaître la langue
Qui n'entre pas dans sa bouche
Comment faire, dit celui qui vient de loin
Comment prendre langue ?
Vos paroles ne me disent rien
Tout s'oublie à mesure que vos sons sonnent
Plus je nage vers la langue
Plus la langue s'éloigne
Combien de fois faut-il échouer
Sur les lèvres d'Europe ?"

"- [Reza], on va le revoir ? demande Noé.
- Évidemment qu'on va le revoir !
- Et s'il sait plus où dormir, on lui dira de revenir.
- Évidemment, Noé.
- Donc, y a pas de problème !
- Il n'y a aucun problème.
- Alors pourquoi t'es triste, maman ?"
"La vie de Reza ne s’est pas arrêtée avec la guerre. Il est né dans un pays en guerre. Sa vie ne s’est pas arrêtée le jour où il a fui en Iran avec sa famille. Sa vie ne s’est pas arrêtée quand il a perdu la trace de sa mère et de ses frères et soeurs. Sa vie ne s’est pas arrêtée quand il s’est retrouvé seul, à traverser l’Europe sous un camion. Sa vie ne s’arrête pas. Sa vie est vivante. Reza joue au foot, dans le Ve arrondissement de Paris, et il a la vie devant lui."

Le Prince à la petite tasse, Émilie de Turckheim, Calmann-Levy éditions, 198 pages, 17€. Disponible sur Amazon ou  Chez mon libraire.
 

Derniers articles